Plus d’un million de transactions immobilières. Le seuil symbolique a été franchi en 2019, selon Century 21 dans un rapport daté du 6 janvier 2020, en raison du niveau ” exceptionnellement élevé ” des ventes de l’année écoulée et des conditions particulièrement favorables aux acquisitions. Les taux d’intérêt des prêts ont fortement baissé, ce qui a entraîné un ” boom ” des durées de crédit accordées – en moyenne vingt et un ans.

Mais ce chiffre, qui est sans précédent, doit être lu avec prudence. Au niveau national, l’augmentation est modérée “, déclare Laurent Vimont, président de la filiale française du groupe. Le marché est extrêmement intelligent et fluide. “Sauf dans les grandes villes, où les prix continuent d’augmenter : A Paris, le prix du mètre carré a plus que doublé en quinze ans et les volumes de vente ont baissé de 7,5 % en 2019.

Le fait le plus marquant dans tout le pays est l’explosion des investissements locatifs, c’est-à-dire l’achat d’une maison à Rennes en Bretagne par exemple pour le louer à des tiers. Plus d’une transaction sur quatre a été effectuée à cet égard, ce qui représente une augmentation de près de 25 % en un an. Surtout, les salariés et les travailleurs font partie intégrante du mouvement : ils sont à l’origine de plus d’un quart de ces investissements, ce qui constitue ” la plus grande catégorie socioprofessionnelle parmi les investisseurs “, comme le souligne le rapport.

L’immobilier est en train de devenir une véritable mine d’or “, commente Laurent Vimont. Les travailleurs et les employés ont compris les avantages d’emprunter à de faibles taux d’intérêt. ” L’achat moyen n’est que d’environ 130 000 €, contre plus de 200 000 € lorsque tous les types d’achats sont pris en compte. ” A une époque où les ménages n’ont aucune vision de l’avenir, investir dans la pierre est sans pareil “, affirme le spécialiste de l’immobilier.

Dans la capitale, les investissements locatifs représentent 31 % des transactions, soit une augmentation sans précédent de + 45 % en deux ans. Les Français, en tant que retraités propriétaires, verront un élément de réassurance”, aurait déclaré le Conseil supérieur du notariat. “Cela permet une sorte de retraite par capitalisation. »

Paris, une “centrifugeuse”…

Mais les différences sont encore importantes, avec une hausse spectaculaire des prix à Paris, où le montant moyen des transactions est de 487 749 €. C’est presque deux fois plus qu’en 2005, mais l’espace n’a guère changé : ” Les Parisiens sont obligés de renoncer à quelques mètres carrés pour pouvoir acheter “, explique Century 21 dans l’étude. En ce qui concerne les groupes de population concernés par l’achat, il s’agit principalement des cadres – avec 47,9 % – contre seulement 4,9 % des employés et ouvriers.

Les trois départements de la région Ile-de-France limitrophes de la capitale se caractérisent également par une hausse des prix sans précédent. “Paris reste une centrifugeuse autour de laquelle tourne le marché”, résume Laurent Vimont. Les prix augmentent fortement dans les centres-villes, dans les Hauts-de-Seine par exemple de près de 10%. Ce n’est pas sans raison que l’embourgeoisement, qui se manifeste par l’arrivée de plus en plus de cadres, stimule la demande.

Un ajustement futur des prix

Au niveau national, il n’y a pas de pics de prix dans Century 21. Mais deux éléments pourraient affecter le marché, annonce Laurent Vimont : ” Certains vendeurs commencent à surestimer le prix de leur maison et les banques sont plus prudentes dans l’octroi des prêts. “Le rapport souligne que ces derniers sont susceptibles de diminuer dans les mois à venir. Cela entraînera un ajustement des prix du marché.

” Le volume des transactions devrait rester au même niveau “, indique Thomas Lefebvre, directeur scientifique du site d’évaluation immobilière Meilleurs Agents. Une prévision à laquelle le Conseil supérieur du notariat souscrit : “Compte tenu de la politique actuelle de la BCE, une hausse brutale du taux directeur, qui prendrait ensuite la forme de prêts, est difficilement envisageable”, assure un porte-parole. Pour le président de Century 21 France, 2020 restera une année ” spectaculaire “. Sa ” prévision ” : une augmentation modérée des prix d’environ 2 %.